GERSRROFormation à la recherche Projets de Recherche Afficher le menu principal

Projets de Recherche

Comportement des sables sous sollicitation d'impact à faible vitesse Application au dimensionnement de couches de sol protégeant les structures des impacts rocheux

Ces travaux visent à caractériser la distribution spatio-temporelle de pression à l’interface sol-structure lors d’un impact sur une couche de sable protégeant une structure de génie civil.

L’emploi d’une couche de sable en protection de structure contre les impacts rocheux est une solution technique consacrée par l’usage. Pour autant, la capacité et les limites de cette technique sont aujourd’hui (2017) encore faiblement établies. Une campagne d’essais expérimentaux instrumentés a été menée pour caractériser la distribution spatio-temporelle de pression induite à l’interface entre la couche de sol protectrice et la structure, dans différentes configurations d’impact caractérisées par l’épaisseur de sable (D), le diamètre équivalent du bloc rocheux (B, ou sa masse) et sa hauteur de chute libre (H, ou sa vitesse d’impact). Ces essais ont été réalisés en vraie grandeur à la station de l’Ifsttar à Montagnole. L’étude paramétrique expérimentale a comporté 43 essais, combinant différentes valeurs de D, B et H de l’ordre de celles rencontrées en pratique, jusqu’à une masse de 7.5 t à une vitesse de 90 km/h impactant une couche de sable épaisse de 2 m protégeant une dalle en béton armé. L’analyse des essais a permis d’établir l’expression de la distribution spatio-temporelle de pression induite à l’interface sol-structure lors d’un impact. Les paramètres de cette expression sont propres à la nature et compactage du sable de protection. Pour la dimension et la vitesse d'impact du bloc rocheux données par l'étude d'aléa, l'impulsion de pression au travers de la couche de sol protectrice issue du modèle permet le dimensionnement en dynamique de la structure.

Mots-clés

sable, couche protectrice, impact, chute de blocs, rocheux

 

 

Projet AD/OC - Procédé innovant optimisé carbone pour une construction durable des soutènements par clouage des sols

Le clouage des sols est une innovation française majeure en Géotechnique de la fin des années 1970 pour construire des soutènements par installation à chaque passe d’excavation de renforcements dans les sols en place. Depuis l’invention de cette technique, une couche de béton projeté apporte un confinement immédiat aux terrains après excavation, laquelle est ultérieurement intégrée dans un parement définitif en béton armé réalisé par passes successives de béton projeté. Le procédé de construction du parement Auto-Drainant et Optimisé en Carbone (AD/OC) développé par NGE Fondations est basé sur l’utilisation d’éléments préfabriqués. Ce nouveau procédé présente de nombreux avantages :

- Élimination des risques d’accidents du travail inhérents à la projection de béton,

- Amélioration de plus de 50% du bilan carbone des chantiers par réduction du volume de béton nécessaire – pas de comblement des hors profils par béton projeté, ni de perte par rebond à la projection,

- Drainage de la paroi intégré au processus de construction, par injection de gravette cimentée entre le terrain à soutenir et l’élément de parement préfabriqué,

- Aspect souhaité de l’ouvrage fini intégré au procédé de construction,

- Maîtrise de la résistance mécanique du parement

- L’objectif du projet AD/OC a été d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement des massifs en sol cloué et le dimensionnement de leur parement.

Les travaux ont combiné expérimentation et modélisation numérique en déformations. Des essais sur modèles physiques réduits en centrifugeuse ont été réalisés pour étudier l’influence de la longueur des renforcements et de la hauteur du mur sur les efforts au parement et leur distribution. Les efforts le long des renforcements ont été observés finement en équipant de fibres optiques les clous du modèle réduit. Parallèlement, un modèle numérique tridimensionnel de calcul en déformations des murs en sol cloué a été développé. La confrontation des modèles physiques et numériques a permis de préciser la distribution des efforts au parement des murs cloués, avec en perspective une intégration des résultats dans les approches de dimensionnement conventionnelles basées sur les calculs à la rupture (mise à jour du logiciel PROSPER de l’Ifsttar).

.

 

 

  

 

 

 

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.